Articles Tagués ‘SpaceShipTwo’

Vendredi 19 février 2016, 16 mois après le tragique accident du premier SpaceShipTwo (VSS Enterprise), Virgin Galactic a présenté le second véhicule dans son hangar en Californie, à Mojave. Richard Branson, le patron de Virgin, a fait le déplacement pour l’occasion. Quasiment identique au premier prototype, la navette nommée « VSS Unity » par le célèbre physicien Stephen Hawking, est sur le point d’entamer toute une phase de tests en vue de sa qualification pour le service commercial. Pour rappel, elle devra transporter six touristes ainsi que deux pilotes à la frontière de l’espace pour un vol parabolique et quelques minutes d’apesanteur. Pour l’occasion, une partie des 700 touristes ayant réservé leur billet à 250 000 dollars avait fait le déplacement, ainsi que plusieurs célébrités, dont l’acteur Harrison Ford. Unity est flamboyant et a fait forte impression mais tout reste à accomplir, malgré un nombre conséquent de données déjà acquis via les précédents tests menés sur le premier SpaceShipTwo VSS Enterprise (y compris 4 vols propulsés, dont l’accident). La cause de ce drame, identifiée comme étant dû à une erreur du copilote décédé, ne devrait plus se reproduire grâce à une amélioration apportée sur ce nouveau vaisseau. En effet, les enquêteurs ont pu déterminer que le système original d’aile à géométrie variable avait été activé trop tôt, alors que le véhicule était encore en phase propulsé (vidéo ici). Désormais un système automatisé empêchera toute erreur de ce type. L’événement en Californie a aussi été l’occasion pour Richard Branson d’évoquer le futur de Virgin Galactic, il a notamment évoqué le système launcherOne, destiné à lancer des charges d’environ 400 kg en orbite à partir de 2017. Il a aussi évoqué la possibilité d’un véhicule à très grande vitesse pour le transport d’un point à un autre du globe via des vols en très haute atmosphère, la conception d’un engin pour mettre des touristes en orbite terrestre et enfin un intérêt à plus long terme dans l’exploration de l’espace lointain (Lune, Mars…). Nous suivrons attentivement, tout au long de 2016, les progrès de Virgin sur VSS Unity: essais sur piste, vols captifs avec le WhiteKnightTwo, vols libres non propulsés et enfin vols propulsés (motorisation hybride).

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter.

12514069_10153991339364297_6393424725076257472_o

Publicités

Nous allons dans cette partie nous intéresser au domaine encore naissant du suborbital. Pour rappel l’objectif pour les sociétés impliquées dans ce secteur est de permettre au plus grand nombre (vous y compris) d’avoir accès à l’espace, c’est à dire d’atteindre la célèbre frontière des 100 km d’altitudes. On compte à l’heure actuelle un grand nombre de projets bien que pour certains la route semble encore longue (voir impossible). Pour les énumérer, voici, à ma connaissance, les sociétés impliquées: Virgin Galactic, Blue Origin, XCOR Aerospace, Swiss Space Systems, Talis Enterprise, Bristol Spaceplanes Ltd et potentiellement Airbus. Le projet le plus avancé est sans aucun doute celui de Virgin Galactic (vidéo résumant leurs progrès en 2013) et le troisième vol propulsé d’hier le prouve (vidéo ci-dessus. SpaceShipTwo a atteint lors de ce vol Mach 1.4 et une altitude de 21.6 km grâce à une phase propulsé de 20 secondes). Richard Branson (le fondateur de Virgin) et ses enfants devraient prendre place lors du 1er vol commercial du SpaceShipTwo qui devrait avoir lieu cette année (bien que l’on commence à désespérer) et qui sera retransmis en direct sur la chaîne américaine NBCUniversal. On devrait voir le rythme des essais en vol augmenter significativement au cours de cette année.

Le SpaceShipTwo de Virgin Galactic lors de son  3ème vol propulsé le 10 janvier 2014.

Le SpaceShipTwo de Virgin Galactic lors de son 3ème vol propulsé le 10 janvier 2014.

L’autre grand projet suborbital est celui de Jeff Bezos (le fondateur d’Amazon) et de sa société Blue Origin. Bien que très secrète, l’aventure spatiale de celui qui est d’ores et déjà considéré comme le successeur de Steve Jobs comprend désormais plus de 300 employés et son concept d’engin à décollage et atterrissage vertical, le New Shepard, avance lentement mais surement. Le 3 décembre dernier Blue Origin a notamment publiée une vidéo (ci-dessous) d’un test de leur moteur BE-3, simulant ainsi un vol complet du New Shepard (avec rallumage du moteur). La société reste très évasive concernant la date de mise en service de son véhicule mais on devrait bientôt en savoir plus. A côté de son activité suborbitale elle conçoit aussi actuellement un lanceur et une capsule habitée pour atteindre l’orbite basse et notamment l’ISS. Le premier vol est prévu pour 2017.

Dans l’ombre de ces deux « géants » il existe des projets un peu moins connus et dotés de moins de moyens mais tout aussi ambitieux. D’abord celui le mieux parti pour les concurrencer: le Lynx d’XCOR. Bien que pour l’instant il n’a toujours pas effectuer son premier vol (même non propulsé), il est très probable que 2014 sera l’année de ses débuts. Un projet qui sera intéressant à suivre. Enfin pour finir je mentionnerai rapidement 3 autres projets beaucoup plus lointains avec d’abord celui de Swiss Space Systems (S3) qui envisage de transformer sa petite navette destinée dans un premier temps au lancement de charges utiles de 250 kg en un moyen de transport habité suborbital (image ci-dessous). L’équipe, en plus de sembler très sérieuse et de posséder un budget conséquent, est originaire du vieux continent et l’on ne peut que se réjouir de voir un tel projet dans nos contrés. Ce n’est d’ailleurs par la seule société européenne ayant des vues sur le suborbital. En effet, Talis Enterprise, une société allemande, souhaite aussi mettre au point une navette suborbitale capable de transporter 5 passagers à 130km d’altitude (pour voir une vidéo de leur projet c’est ici). Et enfin je mentionnerai le projet Ascender de Bristol Spaceplanes Ltd, une startup anglaise. Il est évident que ces deux derniers projets devront, pour réusssir, encore surmonter de nombreuses épreuves, dont la plus difficile: trouver les fonds nécessaires. Dans la troisième partie nous discuterons des missions, récentes ou à venir, d’exploration spatiale menées par les agences spatiales nationales.

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter.

La navette SOAR sur le dos d'un airbus A300.

La navette SOAR de Swiss Space Systems sur le dos d’un airbus A300.

Ce Lundi 29 avril 2013 restera peut être comme un grand jour dans l’histoire du tourisme spatial. En effet, c’est en début de matinée, au Mojave Air and Space Port en Californie, que l’engin suborbital de Virgin Galactic s’est détaché de son avion porteur WhiteKnightTwo pour peu de temps après allumer son moteur-fusée hybride. C’est la première fois que la société de Richard Branson réalise un tel vol propulsé, considéré comme une étape cruciale du développement du vaisseaux. Sur la vidéo ci-dessus on peut voir les images impressionnantes de ce vol de 13 minutes dont 16 secondes avec le moteur allumé. Ce dernier est développé pour Virgin Galactic par la société Sierra Nevada Corporation, connue pour son projet de navette spatiale DreamChaser ». Dans les prochains mois, l’équipe de test va continuer ces vols propulsés avec des durées de tir de plus en plus longue qui aboutiront à un vol spatial complet (culminant à une centaine de km d’altitude), que Virgin Galactic espère réaliser avant la fin 2013.

Le SpaceShipTwo avec son moteur allumé.

Le SpaceShipTwo avec son moteur allumé.

rocket_motor_two_march82013

Dans sa quête de commercialiser des vols suborbitaux dès l’année prochaine, Virgin Galactic continue ses tests. Le vendredi 8 mars 2013 un nouvel essai du moteur de son SpaceShipTwo (SS2), le RocketMotorTwo, a été réalisé par les ingénieurs. Il s’agît du second essai d’une courte série de tests de qualifications avant le premier vol propulsé de SpaceShipTwo, qui devrait intervenir très prochainement. La photo ci-dessus a été prise lors de ce test.  Le test a duré entre 15 et 30 secondes et il s’agît du 26ème essai au total. En plus du moteur, Virgin Galactic (et Scaled Composite, la société de Burt Rutan qui construit le système surborbital pour Virgin) a fait voler les 11 et 14 mars dernier l’avion porteur de SS2, le WhiteKnightTwo. Ces vols ont pour objectifs d’entraîner et de former les pilotes ainsi que d’effectuer des tests sur les systèmes de vol.

antares_nose_cone

Orbital Sciences Corporation vient d’annoncer qu’elle vise un lancement entre les 16 et 18 avril prochains pour son lanceur Antares (photo ci-dessus). Rappelons que ce lanceur est destiné à mettre en orbite le cargo ravitailleur Cygnus pour l’ISS. Lors de ce vol inaugural il n’y aura pas de cargo installé, l’objectif principal de cette mission étant de validé le lanceur. Autres nouvelle récente du côté de Mars, le rover Curiosity, alors qu’il rencontre des problèmes (la mémoire du rover aurait été corrompue. Par mesure de précaution, le mode repos avait été déclenché, car il ne fallait pas l’endommager davantage) a permis de confirmer grâce à l’analyse d’échantillons recueillis à l’intérieur du premier forage que la vie a pu exister sur Mars. La découverte de soufre, d’azote, d’hydrogène, d’oxygène, de phosphore et de carbone va dans ce sens car il s’agit là de quelques-uns des ingrédients chimiques essentiels à la vie. Toujours concernant la planète rouge, on a appris avec plaisir que la mission ExoMars est définitivement lancée grâce à l’accord qui a été signé entre Jean-Jacques Dordain (directeur de l’ESA) et Vladimir Popovkin (directeur de Roscosmos) au siège parisien de l’Esa. Le programme ExoMars comprend deux missions qui seront lancées en 2016 et 2018. Enfin on peut signaler le retour sur Terre de l’équipage de l’expédition 34 de l’ISS composé de deux russes et un américains (photo ci-dessous). L’expédition a duré plus de trois mois.

screen45

Il y a aujourd’hui plusieurs projets en cours dans le domaine du tourisme suborbital (dont le New Shepard de Blue Origin) et parmi ces projets, celui de Virgin Galactic, la société du célèbre Richard Branson, est sans aucun doute le plus avancé. La vidéo ci-dessus donne une bonne idée de l’état actuel d’avancement de leur système suborbital. Ce dernier est composé de deux véhicules: un avion porteur, le WhiteKnightTwo (WK2), et l’avion suborbital lui-même, le SpaceShipTwo (SS2). Le concept est assez original, mais pas nouveau, puisqu’au lieu de partir de façon autonome, SS2 décollera accroché sur le « ventre » de WK2 et se détachera à une altitude d’environ 20km pour ensuite allumer son réacteur et réaliser un vol parabolique culminant à plus de 100km, permettant aux 6 passagers d’atteindre la ligne de Kármán (la limite officielle entre la Terre et l’espace). Le vaisseau sera piloté par deux astronautes et le vol entier durera environ 2h30 pour 6 min d’apesanteur. Pour un prix de 200 000 dollars, les sensations devraient être au rendez-vous notamment avec une vitesse maximale lors de la montée de 4000 km/h (plus de mach 3), une vue imprenable sur la Terre et sa rotondité et un retour en vol plané grâce aux ailes à géométrie variables du SpaceShipTwo. Ce projet fait suite au succès de Burt Rutan et de sa société Scaled Composite dans le concours Ansari X-prize où leur système (WhiteKnight et SpaceShipOne) basé sur le même concept a remporté le prix de 10 millions de dollars en 2004 grâce à deux vols suborbitaux réussis (vidéo ci-dessous). Le programme des tests de SS2 est en cours ainsi que la mise au point du moteur (un accident ayant fait 3 morts chez Scaled Composite en 2007 a considérablement retardé son développement) et le premier vol propulsé devrait avoir lieu d’ici à la fin de l’année. La mise en service de SS2 au Spaceport America (sur cette image avec WK2 et SS2), le premier spatioport commercial au monde, est quand à elle prévue pour l’année prochaine si tout va bien.

Le second projet qui semble le plus avancé est le Lynx Mark I (photo ci-dessous), de l’entreprise américaine XCOR Aerospace. Le concept est ici plus classique puisque l’avion décollera seul depuis n’importe qu’elle piste par ses propres moyens et utilisera ses quatre petits propulseurs LOX/kérosène pour atteindre mach 2 à 42 km et continuer sur sa lancée un vol parabolique culminant à environ 61 km. Le passager, puisque le Lynx compte deux places, une pour le pilote et une pour le client, ne pourra donc pas revendiquer la qualification d’astronaute. Bien que moins ambitieux que le projet de Virgin Galactic, celui d’XCOR vise à instaurer une routine du vol suborbital en effectuant avec chacun de ses véhicules plusieurs vols de 30 minutes par jours et une maintenance requise seulement au bout de 40 missions.Le premier vol est prévu pour cette année et la commercialisation pour 2014. Si le succès est rendez-vous, la société envisage de monter en gamme avec le Lynx Mark II qui lui pourra atteindre la barre des fameux 100 km. Enfin on peut mentionner deux autres projets qui semblent nettement moins avancés: le Space Plane d’Astrium et le véhicule d’Armadillo Aerospace dont nous parlions dans cet autre article. Le Space Plane est un avion classique similaire à un jet d’affaire mais doté d’une propulsion spatiale (utilisant la technologie du moteur Vulcain d’Ariane 5) qui lui permettra d’atteindre les 100 km et mach 3. Il pourra emporter un pilote et 4 passagers. Malheureusement, le coût de développement estimé à 1 milliard d’euros et l’incertitude sur la viabilité du secteur, semblent avoir mis le projet en pause mais on peut espérer qu’avec l’arrivée prochaine de Virgin, XCOR et d’autres, l’Europe, grâce à l’expertise d’Astrium, saura entrer dans la course et ne pas se laisser distancer.

lynx