Une nouvelle vidéo de robosimian.

Le mythique Jet Propulsion Laboratory (JPL) vient tout juste de dévoiler une nouvelle vidéo de son dernier robot, nommé robosimian, ou plus affectueusement « Clyde » par ses créateurs. Pour rappel, le JPL est le laboratoire de référence pour tout ce qui concerne l’exploration robotique du système solaire. La grande majorité des sondes américaines ont été conçues par ce labo, y compris le rover Curiosity, actuellement en plein travail sur Mars. Bien que la plupart de leurs robots soient dotés de roues, ils ont quand même développés d’autres configurations et notamment des machines se mouvant grâce à des « pattes » mécaniques. On peut par exemple citer le robot LEMUR, développé pour être capable d’effectuer des opérations de maintenance sur des structures spatiales (vidéo ici). C’est donc à partir de ce savoir-faire que Brett Kennedy (l’homme responsable de la conception du bras robotique de Curiosity) a décidé de mettre sur pied une équipe au JPL pour concourir au Darpa Robotics Challenge. Robosimian est le résultat de plus d’un an d’efforts intensifs et grâce à leur belle cinquième place acquise à Miami, en décembre dernier, l’équipe va pouvoir recevoir 1 million de dollars supplémentaire de la part de la DARPA pour poursuivre le développement de son robot en vue de remporter l’épreuve finale, fin 2014, avec 2 millions de dollars à la clé. La vidéo ci-dessus présente les performances de Clyde lors de l’épreuve en Floride. Le robot n’a pas tenter toute les tâches car l’équipe n’était pas encore prête (grimper une échelle, conduire une voiture) mais ils travaillent pour remédier à ces lacunes ainsi que pour améliorer l’autonomie et la vitesse de leur machine.

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter.

Robosimian du JPL.
Le Robosimian du JPL.

Un robot-singe allemand par le DFKI.

Nous avions déjà parlé du DFKI ( le German Research Center for Artificial Intelligence) il y a quelque temps pour leur robots destinés à l’exploration spatiale. Aujourd’hui ils présentent leur nouveau projet, pas forcément destiné au milieu spatial. Il s’agît du projet nommé iStruct et l’objectif de celui-ci est de développer un système robotique ainsi que des composants structuraux d’inspiration biologique qui permettront d’améliorer effectivement la locomotion et les caractéristiques de sa mobilité. En l’occurrence l’inspiration biologique provient du singe (bien qu’on puisse aussi déceler une certaine ressemblance avec le chien). Dans le cadre de ce projet est ainsi développée une « colonne vertébrale artificielle » qui devrait permettre améliorer les caractéristiques de locomotion et de mobilité du robots (photo ici). De plus divers actionneurs et senseurs sont mis au point avec toujours l’optique de créer un système biomécanique capable de se déplacer sur des terrains difficiles. Il est aussi possible, bien que ce ne soit pas à l’heure actuelle une priorité, de permettre au robot de s’élever et de se tenir sur ses deux pattes arrières (tel un singe) et d’ainsi lui permettre d’utiliser ses deux membres avant comme moyen de préhension pour manipuler des objets.

A la vue des ces images on ne peut s’empêcher de penser au robot militaire « AMEE » du film Planète Rouge de Antony Hoffman. un tel robot doté d’une grande mobilité pourrait en effet s’avérer utile pour une mission d’exploration sur Mars ou sur tout autre corps présentant un terrain difficile. Néanmoins il reste encore quelques années de recherches et développement pour parvenir à un tel niveau de complexité mais ce genre de projets nous fait penser que cela ne restera pas de la science-fiction indéfiniment.

Le robot du projet iStruct du DFKI
Le robot du projet iStruct du DFKI

Le robot CHIMP du Darpa Robotics Challenge

chimp

Le Darpa Robotics Challenge représente sans aucun doute une étape importante dans l’histoire de la robotique, les épreuves au cours desquelles on devrait voir 8 robots différents s’affronter pour gagner le prix de 2 millions de dollars seront certainement passionnantes et impressionnantes. On avait déjà présenté les 8 machines dans 3 articles et aujourd’hui on s’intéresse plus particulièrement à un de ces robots: CHIMP de l’université Carnegie Mellon. Le concept de ce robot est original puisqu’il mélange les caractéristiques d’un bipède, d’un quadrupède et d’un robot à roue. En effet , pour des déplacements en terrain dégagé il utilisera les sortes de chenilles installées sur ses 4 membres alors que pour surmonter des obstacles il pourra se tenir sur deux « jambes » et se mouvoir comme un humanoïde. Une chose que tous les robots de la compétition ont en commun, c’est qu’ils sont télécommandés à distance par un humain et cela permet de simplifier leur mise au point en minimisant leur autonomie. Ainsi, l’équipe de Carnegie Mellon souhaite doter son robot d’une très bonne stabilité et d’une grande adaptabilité pour permettre à celui qui le contrôlera de pouvoir réaliser presque n’importe quelle manœuvre. Les capteurs de CHIMP généreront un modèle de textures 3D de son environnement, permettant à l’opérateur de visualiser sa position. Si vous souhaitez en apprendre plus sur ce compétiteur, je vous conseille de visiter le site de la team Tartan rescue ( le nom de l’équipe à l’origine de CHIMP). Des vidéos seront bientôt mises en ligne.

chimp2