Un nouvel âge d’or pour le spatial ? (partie 3)

Publié: janvier 14, 2014 par futurscience dans Spatial
Tags:, , , , , , , , , ,
Le rover "Yutu" s'éloignant son atterrisseur.

Le rover « Yutu » s’éloignant de son atterrisseur.

Le 14 décembre 2013 restera sans aucun doute une date importante dans l’histoire de l’exploration spatiale. C’est en effet la date qu’a choisie la Chine pour poser sa mission Chang’e 3 (CE-3) sur la surface lunaire, une première pour ce pays qui petit à petit rejoint les grandes nations historiques du spatial. La sonde, lancée le 1er décembre 2013 par une fusée Longue Marche 3B et insérée en orbite le 6, comprend un atterrisseur et un rover nommé Yutu, soit « Lapin de Jade » en français. C’est la 3ème mission lunaire chinoise (après Chang’e 1 en 2007 et chang’e 2 en 2008) mais sa première mission sur le sol lunaire (les deux précédentes sondes n’étaient « que » des orbiteurs). La dernière sonde à s’être posée sur la Lune était celle de la mission Luna 24 de l’URSS, en 1976 (les indiens ont néanmoins envoyé un impacteur lors de leur mission Chandrayaan) et c’est donc un événement assez exceptionnel que nous avons pu vivre en direct le 14 décembre dernier. D’abord parce que, grâce progrès de la technologie depuis 76, les qualités d’images permettent de mieux profiter du spectacle et aussi parce que tout s’est déroulé à la perfection. La Chine a en effet réalisé un sans faute jusqu’à maintenant et a su communiquer au public les informations et les images concernant les étapes cruciales. Sur la vidéo ci-dessous on peut ainsi voir la phase d’approche et d’atterrissage filmée en direct par une caméra embarquée (remarquez notamment la phase de vol stationnaire  destinée à choisir automatiquement le site d’atterrissage).

Après une période de sommeil d’environ 2 semaines due au froid glacial de la nuit lunaire, le rover Yutu vient tout juste de se réveiller pour entamer une campagne d’expérimentations scientifiques et techniques. Bien qu’il soit équipé d’instruments scientifiques comme un radar, deux spectromètres ou encore un télescope extrême UV, la finalité réelle de cette mission est d’abord technologique (en plus d’un apport certain au niveau de l’image que veut donner la Chine au Monde et à sa propre population). Chang’e 3 entre en effet dans un programme à long terme d’exploration lunaire, le CLEP (Chinese Lunar Exploration Program), et les technologies acquises serviront pour les missions futures. D’abord, chang’e 4 devrait être envoyée en 2015 et sera grosso modo, avec quelques améliorations, une réplique de chang’e 3 (en fait les chinois construisent leurs missions par paires pour s’assurer d’en réussir au moins une). La prochaine grande étape du CLEP sera la mission chang’e 5 prévue pour 2017. Celle-ci consistera en effet à poser un engin sur le sol lunaire, à en extraire des échantillons et à les ramener sur Terre. Contrairement aux missions similaires que réalisaient les soviétiques, la mission comprendra un rendez-vous automatique en orbite lunaire juste avant le retour sur Terre. Acquérir cette technologie représentera un progrès énorme et surtout rapprochera encore un peu plus les chinois de leur objectif final (bien qu’officiellement la décision politique n’ait pas encore été prise, les scientifiques chinois, eux, expriment clairement leur vision) qui est de poser un homme sur la Lune vers 2025.

La Terre vue depuis la Lune par l'atterrisseur de Chang'e 3.

La Terre vue depuis la Lune par l’atterrisseur de Chang’e 3.

A côte de ce programme lunaire les chinois ont déjà exprimés leur souhait de lancer une mission vers Mars. Normalement une première sonde, Yinghuo-1, aurait dû atteindre Mars en 2012 mais son vaisseau-mère d’origine russe, Phobos-Grunt, a échoué à quitter l’orbite terrestre et est retombé dans l’océan en janvier 2012. On peut facilement imaginer que ce n’est que partie remise pour les chinois. Cet échec aura quand même une répercussion importante: celle de permettre à l’Inde de lancer sa propre mission vers Mars avant et ainsi devenir la première nation asiatique à atteindre la planète rouge dans l’Histoire. Après l’avance acquise par la Chine face à son ambitieux voisin, c’est une aubaine pour réaliser un coup d’éclat. La mission se nomme sobrement Mars Orbiter Mission (MOM) et a été envoyée le 5 novembre 2013. Depuis, tout semble se dérouler comme prévu et elle parcourt actuellement le trajet de 10 mois qui la mènera en orbite martienne. Là encore, c’est avant tout une mission de prestige et de démonstration technologique que l’ISRO (l’agence spatiale indienne) mène et cela devrait lui permettre d’envisager des missions interplanétaires bien plus ambitieuses dans le futur. C’est d’ailleurs l’année prochaine que l’on devrait voir la prochaine mission indienne qui sera cette fois-ci à destination de Venus (Venus Orbiter Mission) et dont les caractéristiques devraient être assez voisines de celles de MOM. De plus, autour de 2017, l’ISRO devrait aussi envoyer Chandrayaan-2 vers la Lune pour une mission semblable à chang’e 3, c’est à dire composée d’un atterrisseur et d’un rover. Une autre sonde, nommée Aditya, devrait quand à elle partir étudier le Soleil la même année. Il semble désormais que l’activité astronautique se déplace petit à petit vers l’Asie et il sera intéressant de voir quelle sera la réaction des nations historiques du spatial. Dans la quatrième partie de ce dossier nous parlerons justement des prochaines missions américaines et européennes.

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter.

L'atterrisseur de la mission Chang'e 3après avoir déposé son rover "Yutu".

L’atterrisseur de la mission Chang’e 3 après avoir déposé son rover « Yutu ».

commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s