Un nouvel âge d’or pour le spatial ? (partie 1)

Publié: janvier 10, 2014 par futurscience dans Spatial
Tags:, , , , , , , , , , , ,

Depuis l’été dernier on peut dire qu’il s’est passé pas mal de choses, au niveau mondial, dans l’astronautique. Dans cette première partie je ferai d’abord le point sur le spatial privé aux Etats-Unis qui connait en ce moment même de grands succès qui portent probablement en eux les prémices d’une révolution imminente dans ce domaine. A la tête de ce mouvement, que certains nomment « NewSpace », on retrouve bien évidemment le désormais célèbre Elon Musk et sa société SpaceX. Le fait majeur concernant l’entreprise californienne est sans aucun doute la mise en service de la version v1.1 de son lanceur Falcon 9 (en vidéo ci-dessus lors de sa dernière mission) le 29 septembre dernier avec la mise en orbite de CASSIOPE, un satellite scientifique destiné à étudier les tempêtes solaires. Cette nouvelle version du lanceur possède de nouveaux moteurs (Merlin 1D) plus puissants, des étages plus longs et donc une capacité d’emport plus grande (13 tonnes en orbite basse et 4,8 tonnes en orbite géostationnaire). Le second vol de la v1.1 a eu lieu le 3 décembre dernier et a permis à SpaceX de réaliser sa première mission commerciale en orbite de transfert géostationnaire (GTO) en plaçant le le satellite de communication SES 8. Une troisième mission, très semblable à la précédente, vient tout juste d’avoir lieu (lancement de Thaicom 6 le 6 janvier 2014, vidéo ci-dessus). Ces lancements sont primordiaux pour SpaceX car ils lui permettent de s’attaquer au marché important du GTO et ainsi de commencer réellement ses opérations commerciales de manière régulière (la société n’a jamais réalisée plus de 3 lancements en une année par an alors que pour 2014 elle en envisage une douzaine soit environ un lancement par mois). Ces 3 succès d’affilé sont donc de bon augure pour la suite et les concurrents, notamment Arianespace, commencent à prendre la menace SpaceX très au sérieux.

La Falcon Heavy de SpaceX.

La Falcon Heavy de SpaceX.

En plus de ce carnet de vol ultra chargé, SpaceX envisage aussi, pour 2014, de réaliser le premier lancement de sa Falcon Heavy, son lanceur lourd capable de transporter 53 tonnes en orbite basse et 21 tonnes en GTO. Il s’agira du lanceur le plus puissant en activité. D’abord utilisé pour des contrats avec l’US Air Force, il devrait servir pour les plans de conquête de Mars d’Elon Musk bien qu’il ait évoqué un lanceur encore plus lourd pour ces missions (on devrait d’ailleurs en savoir plus cette année sur son mystérieux MCT-Mars Colonial Transporter). Toujours dans le cadre de la diminution drastique des coûts de lancement, la société californienne devrait aussi réaliser de grands progrès au niveau de la réutilisabilité et ce dès le prochain vol, en février 2014, avec l’installation probable sur la Falcon 9 de « pieds » pour l’atterrissage. Après Grasshopper, de nouveaux tests seront aussi lancés au nouveau-mexique sur une version proche du lanceur commercial. A côté de son activité lanceur, SpaceX développe aussi la version habité de sa capsule Dragon et cette année deux étapes critiques son prévues dans le cadre du programme CCiCap de la NASA: d’abord un « pad Abort test » avec la capsule Dragon s’échappant du sommet d’une Falcon 9 sur son pas de tir et ensuite un « In-Flight Abord test » où cette fois ci la capsule s’éjectera du lanceur en plein de vol. Ces tests cruciaux pour la sécurité des futurs astronautes sont prévus pour cet été. Enfin SpaceX testera aussi son tout nouveau moteur, le Raptor, qui présentera la particularité de fonctionner au méthane (et au LOX). Ce moteur équipera les étages supérieurs des futurs lanceurs de la compagnie et devrait être le premier d’une famille qui servira les projets martiens d’Elon Musk.

Le cargo Cygnus d'Orbital Science Corporation en approche de l'ISS.

Le cargo Cygnus d’Orbital Sciences Corporation en approche de l’ISS.

Pour terminer cette première partie j’aimerai aussi mentionner les derniers accomplissements de la société Orbital Sciences Corporation. Bien que moins ambitieuse que SpaceX, cette entreprise américaine de 3700 employés est néanmoins un acteur majeur du spatial grâce notamment à son activité de construction de satellites mais aussi de lanceurs. Son dernier en date se nomme Antares et a été conçu pour envoyer le cargo Cygnus (construit en collaboration avec Thales notamment) à destination de la station spatiale internationale (ISS) dans le cadre du programme de ravitaillement de la NASA (dont fait aussi partie la capsule Dragon de SpaceX). Antares vient tout juste (9 janvier 2014, vidéo du lancement ici) de mettre en orbite son deuxième cargo Cygnus qui rejoindra l’ISS le dimanche 12 janvier. C’est le troisième lancement sans fautes d’Antares et la société envisage de l’ouvrir au secteur commercial. Du côté des projets futurs il est clair qu’ils sont moins nombreux que chez SpaceX mais on peut quand même noter la mise au point du lanceur aéroporté qui sera lancé depuis le plus grand avion de l’histoire en construction chez stratolaunch, la startup de Paul Allen (le cofondateur milliardaire de Microsoft). Le programme aurait pu être plus chargé si le projet de navette spatiale Prometheus (image ci-dessus) d’Orbital avait été sélectionné par la NASA en 2011 (cette dernière a plutôt choisie de soutenir une autre navette, le Dream Chaser, dont nous reparlerons prochainement, ainsi que les capsules habités Dragon de SpaceX et CST-100 de Boeing).

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter.

Le projet annulé de navette spatiale Prometheus.

Le projet annulé de navette spatiale Prometheus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s